Home > Conseils pratiques > Avitaillement à bord: guide complet pour planifier les aliments dans un bateau de location
Avitaillement à bord

Avitaillement à bord: guide complet pour planifier les aliments dans un bateau de location

 

Aimeriez-vous connaître la quantité de nourriture que vous pouvez emporter avec vous sur un bateau de location et comment planifier l’avitaillement à bord ?

Bien qu’on ne lui donne parfois pas l’importance qu’il mérite, le correct avitaillement sur un bateau de location est plus important qu’il ne le semble à première vue.

 

Nous avons d’abord réfléchi à notre destination, puis nous avons étudié les cartes et les guides nautiques des lieux choisis : distances, visites conseillées, mouillages, etc.

Néanmoins nous ne consacrons pas toujours l’attention suffisante à la planification des aliments que nous devrons emporter à bord. Il ne s’agit pas d’apparaître le jour où le bateau de location nous est remis pour nous déplacer vers le supermarché le plus proche afin d’acheter la première chose que l’on trouve. Une petite planification préalable ne sera jamais de trop et c’est pour cela que le programme de notre voyage nautique doit être très clair.

Espace de rangement disponible

La première chose à faire est de connaître le bateau que nous avons loué à la compagnie de location de bateaux, même si c’est juste par catalogue, afin de découvrir l’espace de rangement qu’il nous offre. Tous les bateaux disposent de limitations que nous devons connaître pour agir en conséquence. Il s’agit fondamentalement de restrictions d’espace, non seulement pour garder les provisions mais aussi pour travailler dans la cuisine.

Avitaillement dans un bateau de location
L’espace de rangement disponible dans un bateau de location est crucial pour connaître la quantité de provisions que nous pouvons y ranger.


Approche générale des vacances

Commençons par l’avitaillement. Pour décider quelle nourriture nous devons embarquer, il est indispensable de connaître le programme du voyage nautique que nous voulons réaliser et pour cela il faut se poser quelques questions préalables. Combien serons-nous? Où irons-nous ? Quel plan avons-nous prévu ? Le nombre de personnes à bord aura un impact direct sur les quantités de nourriture que nous devrons embarquer, mais les destinations et l’approche générale des vacances influeront également beaucoup.

Il est évident que deux bateaux avec quatre personnes à bord pendant 2 semaines chacun n’auront pas besoin du même avitaillement si l’un d’entre eux prévoit d’arriver vite à une marina et de laisser l’amarrage juste un moment chaque jour pour que les occupants du bateau aillent se baigner dans une crique proche, tandis que l’autre bateau essaie de naviguer le plus possible sans s’approcher d’un port et tente de connaître tous les mouillages de la région.

Dans le premier exemple, l’équipage aura toujours à sa portée des commerces pour s’approvisionner quotidiennement ainsi que des restaurants où manger afin de connaître la gastronomie de la région. Les besoins de provisions à bord se limiteront donc à des boissons et apéritifs en plus du strict nécessaire pour le petit déjeuner et, peut-être, pour une collation au cas où le bain se prolonge et une petite fringale s’installe avant de revenir au port. En définitive, cet équipage ne devra pas se faire trop de soucis à propos de l’avitaillement aussi longtemps qu’il aura les provisions suffisantes pour réaliser sa traversée jusqu’au port de destination.

De toute façon, le fait de penser un peu à nos futurs besoins ne sera jamais de trop, même si c’est juste pour des raisons de commodité et de prix. Tout d’abord parce qu’il est généralement plus pratique d’acheter dans notre supermarché habituel et de charger les courses dans notre voiture pour apporter le tout au pied du bateau. Devoir faire la même chose près d’un port inconnu et trouver un moyen de transport pour emmener les courses jusqu’à l’amarrage est plus compliqué. Si notre choix est de louer un bateau à l’étranger, nous devrons préalablement nous informer sur les différentes possibilités qui s’offrent à nous pour faire les courses à côté du port choisi. En termes de prix, nous savons déjà que les endroits touristiques sont généralement plus chers.

À l’autre extrémité, si nous allons deux semaines à l’aventure à la recherche d’un contact plus profond avec la nature, nous ferons bien d’embarquer, dès le début, les provisions non périssables dont nous pourrions avoir besoin pendant notre séjour à bord ainsi que les provisions périssables des cinq ou six premiers jours, en fonction de la capacité du réfrigérateur dont dispose le bateau.

L’immense majorité des marins qui louent des bateaux se déplacent entre les deux extrémités. Pour eux, les vacances à bord consistent généralement en une combinaison de quelques jours ancrés dans une crique et de nuits amarrés dans un port avec toutes les commodités que cela comporte. Ils profitent de ces moments-là pour s’approvisionner à nouveau, laver le pont, remplir les réservoirs d’eau, se brancher sur le courant pour charger les batteries à fond. Dans ce type d’approche, les petits déjeuners et les déjeuners se font généralement à bord, tandis que le soir les marins vont diner sur la terre ferme afin de découvrir la gastronomie des endroits visités.

Aliments nécessaires à bord

Avec ces idées en tête, nous pouvons concrétiser ce dont nous aurons besoin. D’un côté, nous avons besoin de produits qui représenteront la base de notre alimentation : riz, pommes de terre, légumes et pâtes. Une première estimation nous indiquera la quantité de menus que nous réaliserons avec chacun d’entre eux, ce qui nous donnera une idée des quantités que nous devrons acheter. De toute façon, il s’agit de produits que nous pouvons obtenir avec une certaine facilité presque partout, même à une distance raisonnable des mouillages relativement isolés. D’un autre côté, il faut réfléchir aux quantités des compléments que nous mélangerons avec ces bases. C’est là que les conserves jouent un rôle important, même si, dernièrement, les produits emballés de différentes manières, sous vide ou pas, leur font beaucoup de concurrence.

Et vous, comment planifiez-vous l’approvisionnement à bord ?

Dans un prochain article, nous aborderons quoi et comment manger à bord.

Sergi Alós

Pour

TopSailingCharter